samedi 12 janvier 2013

La dépression saisonnière... tu connais ?... Moi, oui

Il fait froid, gris.
Il fait nuit quand on part de la maison le matin, et quand on rentre le soir.
On vit les volets fermés, et les lampes allumées presque toute la journée.

Je n'ai aucune envie de me lever.
Je dors mal.
Je suis constamment fatiguée.
Je n'ai envie de rien, plus rien ne "m'intéresse". Juste rester sous ma couette, toute seule.
Je manque de patience avec les enfants, avec chéri.
Je suis toujours malade, gastro, rhume, angine, jamais tranquille...

Je n'aime pas l'hiver.


Petite aide de doctissimo :

Pour caractériser cette dépression, il faut d’abord réunir les symptômes d’un épisode dépressif classique :
  • absence de motivation,
  • difficulté de concentration,
  • passivité,
  • mélancolie,
  • sentiment de fatigue,
  • pensées suicidaires dans les cas les plus prononcés. 

Alors non, je n'ai pas de pensées suicidaires, mais tout le reste, me représente plutôt bien ces derniers temps.

Rien ne se passe comme je le voudrais, je suis toujours à la recherche de "quelque-chose", mais je ne sais pas quoi.

Ces symptômes doivent durer plusieurs jours par semaine pendant deux ou trois semaines pour que l’on puisse vraiment parler d’épisode dépressif. 

Sommeil, appétit, rythme

La dépression saisonnière se reconnaît à plusieurs particularités. Les personnes atteintes ont tendance à trop dormir (hypersomnie) et à trop manger (hyperphagie), surtout des sucreries.Qui ca, moi des sucreries, genre, les kinders et les chocolats qui trainent partout à la maison depuis noël.. Souvent aussi (mais pas systématiquement), la mélancolie atteint son pic en soirée, alors que la tristesse est surtout matinale dans les autres types de dépression. 
Enfin, les dépressifs saisonniers retrouvent une humeur stable à partir du printemps et durant tout l’été. Si les symptômes persistent au cours de cette période, nous sommes en présence d’un épisode dépressif majeur. 


Physiologie du trouble saisonnier

On trouve probablement un facteur héréditaire dans ce désordre saisonnier, car le mal court souvent dans les familles. Du point de vue physiologique, les chercheurs ont repéré deux phénomènes associés à la dépression : des variations importantes dans la sécrétion de la mélatonine, une hormone dépendant de notre exposition à la lumière solaire ; une baisse d’activité du système sérotoninergique (un neurotransmetteur de notre cerveau). Le premier symptôme explique le caractère saisonnier du trouble : il dépendrait directement de la chute de luminosité de la période hivernale. 
 
 
Alors moi, j'ai envie de vous dire, vivement le printemps, en espérant que pour une fois, la roue va tourner du bon côté pour moi...

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires:

  1. moi non plus j'aime pas l'hivers, les gens sont plus morosses et moins patient (oui oui je suis du SAV alors les cons j'en vois un max a cette période), je n'ai pas de patience, je m'énerve pour un rien et le froid me gonfle royalement !!!! mais bon c'est l'hivers hein... vivement le soleil, les petites tenues et les chaleurs a remonter les sourrires :)

    RépondreSupprimer
  2. Je me reconnais tellement ! J' ai d' ailleurs écris un article là dessus en octobre dernier. Le froid, le noir, ça me rends limite psychotique, mais bon j'me soigne hein ^^ Vivement le printemps ;)

    RépondreSupprimer
  3. Hello,
    Alors moi ça va :
    - j'ai fait une cure de Berocca pendant un mois histoire de me préparer pour la saison froide.
    - vaccin anti-grippale fin octobre. Je n'ai eu que 2 petits jours de rhume et ça va bien.
    - je presse un demi-citron dans un peu d'eau chaque matin avant le petit déj, cela envoie plein de vitamine C.
    - essayer de manger fruits et légumes (les frites c'est pas des légumes...) et un peu de poisson (le poisson pané ça compte pas non plus, mais un filet de saumon, c'est facile à préparer en papillote).
    - essayer de sortir quand il ne pleut pas. Prendre l'air ça fait du bien.
    - et sinon j'ai offert à Caro un engin sympa : de la luminothérapie. Tu en fais 20 minutes tous les matins (pendant le petit déj, pendant le maquillage, etc.) et oublié la dépression !
    A+

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci pour tous ces conseils grand frère !
      par contre, 20min, le matin, on n'en reparlera quand tu auras 2 monstres a gérer avant de partir !!!

      Supprimer
  4. Ben il est assez pratique car tu peux l'emporter avec toi. Genre en te brossant les dents, en t'habillant, etc.
    Donc pas de perte de temps !
    Malin !

    RépondreSupprimer

______________________________________
Un petit mot ???
______________________________________